Dernier volet de la trilogie “DOCU-ROADTRIP” de Stitch et pas le moindre. Nous vous présentons Clisson-la-magnifique ! Comment a-t-on pu vivre si proche et ne jamais réellement la connaître ?! Pendant le confinement on s’était juré d’aller la visiter en long en large et en travers… maintenant que c’est fait, on a juste envie de l’adopter !

Tout y est sérénité et invitation à la flânerie ! Sa petite taille, ses ruelles pittoresques, son style médiéval, son parfum d’Italie, la Sèvre qui coule au coeur de son centre historique,… Mais la petite ville Clisson n’est pas juste “mignonne”, elle a aussi un caractère bien trempé ! On vous dit tout… toujours au volant de notre van Blacksheep!

Retrouvez notre visite en vidéo à la fin de l’article.

DE L’HISTOIRE ET DE LA GÉOGRAPHIE

D’abord il faut éclaircir cette histoire de Toscane parce qu’on ne peut pas passer à côté de cette étonnante atmosphère ! Toute l’architecture du centre ville doit respecter le modèle toscan : brique, tuile, arche aussi bien pour les habitations, les usines que les moulins qui bordent la Sèvre. On rajoute Pins parasols et Cyprès ici et là et il ne manque que les cigales pour parfaire la carte postale.

Tout ça, c’est la faute de Lemot et des frères Cacault (XIXè) !  Pour faire court : tous les 3 sont des artistes français tombés amoureux de l’Italie durant leurs études. De retour dans la région, ils repèrent l’église de Clisson qui, avec ses grandes fenêtres en arches, ne peut que leur rappeler l’architecture italienne. Il ne leur en faudra pas plus pour décider de poser leurs valises et de reconstruire la ville, alors en ruine, sur le modèle toscan.

DE L’ART EN VEUX-TU EN VOILÀ

Clisson est donc riche d’Histoire avec son château (en ruine), son église romane, sa halle médiévale mais c’est aussi et surtout une ville d’Art. Déjà parce que l’héritage des frères Cacault et de Lemot, est partout. Ne serait-ce qu’à la Garenne Lemot :  superbe villa néo classique, maison du jardinier de style toscan et grand parc en bord de Sèvre ont été pensés pour que les amis artistes de Lemot trouvent partout l’inspiration pour peindre, croquer, modeler et sculpter. Cette tradition continue de se perpétuer via notamment “Montmartre à Clisson”, festival de peinture où les artistes investissent les rues. Sans parler des autres manifestations culturelles que sont “Les italiennes de Clisson” (festival d’art de la rue italien mais pas que),  “Les médiévales” (le Moyen-Âge le temps d’un weekend) ou encore des “Mascarades” (carnaval de Venise revisité avec déambulations, théâtre, concerts, expositions,..).

 

REPÈRE D’ÉPICURIENS

Bref, à Clisson, on peut clairement dire que c’est la Dolce Vita

Dans un transat à la Cascade pour un apéro au plus près de la Sèvre, à la terrasse du Best Western pour une vue imprenable sur le château, dans le jacuzzi du spa Saint Antoine donnant sur la Moine ou sous la verrière du Restaurant de la Vallée pour un repas de fin gourmet… les bonnes adresses à Clisson ne manquent pas. On n’a même pas parlé de la carte inventive du Kilbus ou de la bière artisanale des tout jeunes Papas Brasseurs qui viennent d’ouvrir leur brasserie ! 

Pour sûr, Clisson c’est le paradis des épicuriens, on y mange et on y boit bien. Peut-être que son statut de capitale du vignoble y est pour quelque chose. Cernée par les pieds de vignes, le Muscadet y est roi.

UNE VILLE TATOUÉE

D’ailleurs en parlant de Muscadet, nous sommes allés interviewer les propriétaires du café des Cordeliers, David et Lorraine. Vous savez, ce bar à la devanture XIXème qui trône au milieu du carrefour du centre historique ? Un lieu alternatif, rock à fond, tenanciers tatoués de la tête aux pieds. Toute la ville s’y arrête pour un café, un déjeuner sur le pouce ou pour retrouver les copains. Du coup s’il y en a qui vont pouvoir nous donner le pouls de la ville et nous décrire cette âme si particulière, c’est bien eux ! En l’occurrence, ce sera elle, Lorraine… et Nelson, bouldogue anglais, mascotte des Cordeliers !

On peut dire que le lieu est à l’image de la ville : du métal, des expo, des concerts, des petits plats familiaux le vendredi…

Lorsqu’on les interroge sur cette prégnance des musiques alternatives à Clisson et dans la région, c’est évident : rock, punk, métal, rockabilly,… c’est le genre de concert qui a bercé les weekends de leur jeunesse (…et la nôtre). David était d’ailleurs actif sur scène, ayant lui-même un groupe. Le “Festisteries” était fin des années 90, un festival clissonnais amateur de gros son. C’est donc sur ce terreau très fertile que Ben Barbaud papa du Hellfest, enfant du pays, a ramené sa progéniture après plusieurs mésaventures sur Le Mans.

D’ailleurs le Hellfest, nos 2 tenanciers y sont investis que ce soit au bar artiste ou en tant que manager mainstage. De toute façon aux Cordeliers, quasiment tout le monde a quelque chose à voir avec le festival : untel est en charge de l’électricité, untel aménage les loges l’espace VIP,…

Après avoir longuement échangé sur le festival, il était temps pour nous de remercier nos interviewés du jour et d’aller justement sur le site du Hellfest, faire quelques images qui nous aideraient à patienter jusqu’aux éditions prochaines…!

DEVANTURE CAFÉ DES CORDELIERS

PAS DE CLISSON SANS HELLFEST

Ah oui parce qu’il faut le savoir, le site est ouvert à l’année (sauf autour du festival – de mai à août) on peut donc étancher la soif des plus curieux, à condition d’être respectueux des lieux ! Ceci dit, pas facile de se représenter la physionomie du site sans toutes les infrastructures qui sont démontées : scènes, accueil artiste, village festivalier, stands restauration… pour ça, il faut se payer le Saint-Graal ! Mais ça donne malgré tout un aperçu de l’univers du festival et de l’investissement esthétique de ses fondateurs : du métal forgé et rouillé, des poubelles tête de mort, des ossements géants en guise de banc, la main du diable, le mausolée de Lemmy Kilmister, leader de Motörhead,… il faut entrer sur ce lieu de pèlerinage l’esprit ouvert.

 

Et bien nous arrivons à la fin de notre épopée clissonnaise. Difficile de dire ce que nous avons préféré tant cette ville est plurielle et tant elle a su faire vibrer toutes nos hédonistes cordes. Ah si, s’il y a une chose que Stitch vous recommande particulièrement, c’est la découverte de la ville vue de l’eau ! Nous l’avons faite en paddle au petit matin et quel bonheur de laisser le décor se dévoiler à vitesse de pagaie. Passer les différentes chaussées est vraiment facile et c’est encore un angle de vue qui donne une autre ampleur à cette petite cité à fort caractère ! Nicolas du “Canoë Kayak Clisson” vous prodiguera tous les bons conseils pour faire de cette balade soit un moment sportif, soit de détente. Contactez-le de notre part !

Il est temps pour Stitch de refermer cette excursion clissonnaise mais aussi cette semaine de road-trip !

Notre dernier mot ira à David et Damien de Blacksheep qui ont rendu tout ça si facile et si parfait. Merci pour votre confiance et votre soutien !
Encore des projets Stitch ?? …. peut-être…. 😉

Reportage vidéo de Clisson :

Retrouvez la partie 1 de notre roadtrip “bords de Loire” : articlevidéo
Retrouvez la partie 2 de notre roadtrip “le Saumurois” : article vidéo

  • poele allumé dans gîte ancien

GÎTES DE CHARME POUR WEEKEND AU CHAUD (pays de la loire)

novembre 4th, 2020|Commentaires fermés sur GÎTES DE CHARME POUR WEEKEND AU CHAUD (pays de la loire)

Au commencement, l’idée était simple : un petit roadtrip pour mettre en lumière des gîtes et chambres d’hôtes propices à des weekends, même en hiver et même si la météo est de saison ! [...]

  • balais avec perruques colorées

NANTES-LA-DÉJANTÉE

septembre 8th, 2020|Commentaires fermés sur NANTES-LA-DÉJANTÉE

“Nantes tu as décidé de visiter, n’aie pas peur d’être bousculé !” “Si à Nantes tu mets les pieds, ton regard d’enfant tu devras retrouver” Bon, définitivement, Stitch n’est pas bon pour les dictons [...]