“Rdv en forêt de Liffré (35), prévoyez vêtements outdoor chauds, 2L d’eau par personne et pique-nique”.   
Le ton est donné !
On s’en sort pas trop mal, la veille il tombait des cordes et le lendemain c’était le retour des rafales de vent et des averses ! Malgré cette fenêtre météorologique inespérée, les chemins sont pleins de boue et de flaques d’eau et il n’aura pas fallu 20 min pour que les moins bien équipés d’entre nous se retrouvent avec les pieds trempés pour le reste de la journée! Avec les 7° de température extérieure, on peut vite souffrir. 

Note pour plus tard : la base du bushcraft ou de toute activité en extérieur = un équipement adéquat ou des rechanges ou de l’imagination (pour notre part ça aura été un bonnet de bain qui traînait dans le sac à dos et un gant qui feront office de chaussettes de fortune).

 

“…du matériel adéquat
ou des rechanges
ou de l’imagination…”

instructeur bushcraft

 

Une fois ces désagréments passés et l’inconfort accepté, on pénètre dans le monde de Renan (croisement de Mike Horn et de Tom Sawyer) l’instructeur dont on ne s’éloigne surtout pas dans les bois ! 
De toute façon avec sa voix et ses blagues, difficile de le perdre… 
Bref, Renan, passionné et expert de la vie en forêt, nous narre l’évolution et la gestion de celle-ci, la sélection naturelle, les microcosmes, la cohabitation de l’Homme et la nature et comment le bushcraft vient se glisser dans tout ça. Car le principe du bushcraft de façon très concise et un peu réductrice, c’est l’art de vivre dans la nature et d’“exploiter” ce qu’elle nous propose. 

Il y a différentes écoles (bushcraft traditionnel ou moderne) notamment entre le fait d’utiliser ou non du matériel fait sur le terrain ou du matériel plus moderne (scie, couteau,…), tout comme il implique une multitude de disciplines et de façons d’aborder cette activité.

Que ce soit pour vivre en forêt, faire de la rando en autonomie ou appréhender les notions de survie, il y a des bases communes: connaître nos besoins humains (eau, abri, feu), éviter les situations “dégradées” (perdu, blessé, affamé, inquiet, fatigué…) ou alors appréhender les réflexes pour s’en sortir (protection, localisation, abri, signalisation).

Pour en revenir à notre courte initiation du jour, nous avons appris les rudiments pour monter une bâche rapidement (ou pas), tailler les piquets d’attache avec des techniques spécifiques et des couteaux de professionnels, monter des hamacs pour la nuit (en mode lits-superposés!) tout en nous montrant des noeuds bien pensés et du matériel qui permet de dormir au chaud et au sec quelles que soient la saison et la météo.

 

“…connaître nos besoins humains,
éviter les situations “dégradées” 
ou alors appréhender les réflexes pour s’en sortir…”

hamacs bushcraft

 

 

Renan nous a rapidement montré comment lancer un feu mais rien que cette discipline nécessiterait un atelier de 2h à elle seule (sécurité, matériaux naturels facilement inflammables, comment faire un feu sans fumée, comment alimenter un feu,…). 

Des ateliers, il pourrait y en avoir des centaines : le portage, le pistage, se repérer, se chauffer, s’éclairer, manger, sculpter, s’habiller, connaître la météo, son corps et ses limites,… c’est pourquoi la Skol Louarn de Renan s’adapte à toutes les demandes.

Que ce soit pour un enterrement de vie de célibataire, des week-ends entre amis, des teambuildings, des groupes scolaires,… désormais vous penserez comme Stitch, vous penserez bushcraft !

Pour toutes vos organisations, contactez-nous, nous nous ferons un plaisir d’échanger autour de votre projet !

Alors, qui est prêt à mettre son confort de côté ?

 

pancarte skol louarn
ALLER SUR LE SITE
  • balais avec perruques colorées

NANTES-LA-DÉJANTÉE

“Nantes tu as décidé de visiter, n’aie pas peur d’être bousculé !” “Si à Nantes tu mets les pieds, ton regard d’enfant tu devras retrouver” Bon, définitivement, Stitch n’est pas bon pour les dictons [...]